« On aurait bien aimé qu’il évite de nous prendre pour des abrutis »

Cette chronique a été intialement publiée dans la revue Sang-froid.


IllustrationClarisseF-vrier2016

Dessin : Clarisse Le Chaffotec

Les policiers ont cueilli Lucien près de la gare du Nord avec un gros paquet de bijoux qu’il prétexte avoir trouvés dans une poubelle. La présidente persifle : « Jeunes gens, précipitez-vous Gare du Nord, on y trouve des bijoux dans les poubelles ! » Elle se tourne vers Lucien : « Vous ne pensez pas que votre récit ne ressemble à rien du tout ? Que personne ne va vous croire dans la salle. – Si, moi je le crois », pouffe une jeune fille du public aussitôt évacuée de la salle. Lucien est petit, chétif, il n’existe pas dans son énorme sweat noir siglé « come back ».

Il fait beaucoup répéter la présidente et parle comme on marmonne. Comme il habite Château-Thierry, à 100 km de Paris, le tribunal s’interroge : « Qu’êtes vous venu faire à Paris ? – Accompagner ma sœur venue mendier. – Mendier, pourquoi ? – Pour acheter un cadeau de Noël à son fils. » Alors pour tuer le temps, Lucien a fait les poubelles : « Qui vous a donné cette idée ? – Personne, depuis que je suis sorti de prison, je fais ça tous les jours, sauf le week-end. » C’était le 3 août, cannabis et rébellion l’y avaient envoyé.

« Soyons honnête »

Pas dupe du récit loufoque du prévenu, la procureure requiert dix mois ferme avec mandat de dépôt : « On aurait bien aimé avoir une version cohérente, et puis qu’il évite de nous prendre pour des abrutis », lance-t-elle, presque vexée.

L’avocat de la défense se lève pour défendre ce petit voleur et s’étrangle aussitôt : « On ne sait même pas d’où viennent ces bijoux ! » Pour lui, le recel de vol qu’on lui reproche n’est pas possible, car la provenance délictueuse des bijoux n’est pas établie. En clair : pas de vol, pas de recel.

Et le contrôle d’identité ? « Soyons honnête, si nous n’étions pas sous l’égide de l’état d’urgence, dans cette période tendue, l’ensemble de la procédure serait complètement nulle. » Il plaide la relaxe, et pour la boulette de shit trouvée dans la poche de Lucien, « vous apprécierez ». Le tribunal déclare Lucien coupable de l’ensemble, le condamne à 15 mois ferme.

— Julien Mucchielli