Nuit d'horreur à Pontchartrain

Après avoir été séquestré et torturé, tout au long de la nuit du 31 mars au 1er avril 2013 dans une maison de Jouars-Pontchartrain, Menned est allé faire du quad avec ses bourreaux. À l’un d’eux, son avocat demande : « Cela vous semble-t-il cohérent, au regard de la gravité des faits qui vous sont reprochés ? – Non, cela ne me semble pas cohérent. – Est-ce que ça vous étonne que Menned ne se soit pas présenté spontanément à la gendarmerie après les faits ? – Oui et non, c’est comme ça le milieu du stup’ », répond Loïc, 26 ans.

Jouars-Pontchartrain est une petite ville des Yvelines, en vallée de Chevreuse. Pendant le procès, tous parlent du « village », pour bien faire comprendre que tout le monde se connaît. Cela permet de mieux saisir comment quatre jeunes ont séquestré et torturé leurs amis. Ces quatre personnes auraient volontairement commis une succession d’actes violents, mais qui dépassent les simples violences décrites dans la loi, sur leurs amis Noé et Menned, en dehors de toute frénésie meurtrière, dépourvus de toute haine, en l’absence de délire pathologique, mais au contraire avec flegme et détermination, comme guidés par le devoir, sans plaisir, mais par obligation.

S’il n’y avait eu cette grande proximité et cette familiarité entre tous ces jeunes de Jouars-Pontchartrain, Ibrahim, Loïc, Chris et Sébastien n’auraient pas comparu devant la cour d’assises de Versailles, du 18 au 21 septembre 2018, pour avoir commis les crimes de séquestration, tortures et actes de barbarie. Les quatre jeunes hommes encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Un kilo de cannabis disparu

Février 2013. Après avoir acheté 3 kg de résine de cannabis dans une cité de la ville de Plaisir, Ibrahim, qui ne laisse pas les choses au hasard, demande à Loïc de lui garder la marchandise. Loïc fait volontiers la nourrice, ravi de pouvoir glaner une commission en nature, car Loïc est un gros fumeur de shit.

Fin mars 2013. Ibrahim et son associé Chris ont vendu 200 g de résine, ce qui est extrêmement peu et démontre leur amateurisme, lorsque Loïc découvre sa cachette saccagée. Un kilo a disparu. Ce ne peut être que le turbulent Noé. D'autant que dans un moment d’égarement, Loïc a montré la planque à Noé, qu'il considère comme un voleur, mais aussi comme un ami.

Et Noé, ce garnement intenable qu'Ibrahim connaît parfaitement pour avoir fréquenté sa famille et même appris les échecs auprès son père ; Noé, sans aucun doute, a butiné la réserve. Loïc prévient Ibrahim et son associé Chris, ainsi que Sébastien, le meilleur ami de Chris, qui n’a rien à voir avec le trafic, mais traîne toujours avec les trois autres. Il faut débusquer le voleur, mais on ne s’agite pas trop.

Une semaine de flottement à Jouars-Pontchartrain. Les trois dealers ne savent pas comment aborder le problème. Un kilo coûte 5 000 euros. Et cette somme doit revenir à des trafiquants de Plaisir. Ils ont pris le cannabis à crédit, cela se passe comme ça dans les « fours » des cités : le vendeur est payé grâce au fruit de la vente au détail. Et s’il n’est pas payé, les conséquences sont violentes pour le débiteurs.

Hilarité, pétards, vodka

À Jouars-Pontchartrain, le 31 mars 2013, les jeunes gens désoeuvrés traînent un morne ennui dominical, Chris aperçoit Noé. La ville est calme, la ville est toujours calme, et des jeunes se regroupent près de la pizzeria. Il y a les « petits » Noé et Adrien, il y a les grands Chris, Ibrahim et Sébastien. Ceux-là sont bougons : ils cherchent la came.

Noé est nerveux. Se sachant traqué, il finaude en faisant porter le chapeau du vol à Adrien qui, offensé, prend la mouche et se bat avec Noé, derrière l’église de Pontchartrain, comme des chiffonniers, en se roulant par terre. La bagarre est stoppée, direction la maison des parents de Loïc pour passer la soirée, c’est-à-dire fumer des joints, boire, écouter de la musique et jouer à la console, comme tous les soirs.

Loïc – il s’y attendait – voit débouler ses amis : Chris, Sébastien, Ibrahim, Noé, Adrien et un dénommé Joanic, petit bonhomme matois. Les grands interrogent les petits, cela ne doit être qu’une formalité, mais les petits nient, alors les esprits s’échauffent. Sébastien s’énerve, Joanic « fait le malin » et Sébastien lui envoie deux énormes claques sans réplique. Adrien, d’interrogé devient « intimidé ». La tournure sérieuse incite Noé à le mettre hors de cause. C’est Menned le coupable, clame-t-il désormais.

Sébastien convie le suspect, sans qu’il soit besoin qu’il y mette les formes d’une convocation. Menned, comme une fleur, débarque aux alentours de 23 h 30. L’ambiance générale est décontractée : des adolescents sont avachis sur de moelleux canapés. Hilarité, pétards, vodka, la situation est prête à dérailler.

C’est Noé, dit Menned, c’est Menned, dit Noé

Noé est assis sur une chaise, dans la cuisine. Il désigne Menned en voleur de shit, qui retourne l’accusation. Loïc a fermé la porte de la maison, il a mis la clef dans sa poche. Chris prend un air grave et menaçant, il doit probablement froncer ses sourcils broussailleux. Débute alors, dans l’indifférence générale, une séance que la cour d’assises qualifiera plus tard de torture, et qui en réalité était bien une séance de torture, bien que personne sur le moment, même les victimes, n’aurait usé d’un tel vocable pour qualifier ce qui allait se dérouler ce soir-là.

Les deux adolescents doivent ôter leur tee-shirt. Menned, qui est bravache et « fait le bonhomme », s’exécute d'abord, puis Noé, plus frêle, mais tout de même fier-à-bras lorsqu’il est plongé dans l’ambiance virile de ces soirées, à son tour. Ces deux-là sont non seulement plus jeunes, mais nettement moins costauds.

Chris est athlétique, Ibrahim est un colosse (à la voix douce), et Sébastien est grand et solidement bâti. Seul Loïc, 1 m 63 et ramolli par beaucoup trop de fumette, n’a d’autre atout physique à faire valoir que ses 21 ans, l’assurance qui va avec – et les clefs dans la poche. Pour les faire parler, pour qu’ils révèlent où le shit est planqué, Chris met un coup de ceinture à Noé, puis à Menned, et de nouveau à Noé.

Loïc aussi, frappe. Et Ibrahim regarde. Il pose des questions parfois, observe la scène, mutique le plus souvent. Sébastien est dans la ronde, mais reste passif. Chris est le plus véhément, il claque des coups de ceinture sur le dos maigrichon de Noé, après avoir commencé par Menned, toujours aussi diablotin, qui défie les grands. Le shit, où est le shit ? Qui a volé ? Parlez et vous êtes libres. C’est Noé, dit Menned, c’est Menned, dit Noé.

« Torture chinoise »

Les cris, les rires et les gloussements emplissent la pièce désordonnée. Le salon est en deux parties, séparées par un rideau. On entend si l’on veut, on ne voit pas forcément lorsque Loïc, qui a recherché « Torture chinoise » sur internet, approche une aiguille de la main des suspects. Noé recule, Menned tend la main : Loïc lui glisse l’aiguille sous l’ongle. Comme il faut procéder par la force, c’est plus douloureux pour Noé.

Loïc embraye avec un classique : la brûlure. Fourchette chauffée à blanc, « pssschhhhht » dans la nuque de Noé, troisième degré, tout le monde sursaute. Maeva, qui passait par là, n’en croit pas ses yeux. « Pschhhht », les quatres dents de la fourchette sont marquées dans la chair de Noé. Loïc est un temps décontenancé. Il désinfecte, peut-être perd-il un peu de l’entrain qui jusqu’alors l’animait ?

Chris reprend les commandes. Les convives, ivres et défoncés, se ratatinent dans leur coin, moins témoins que jamais, tandis que Chris redouble de fureur. Où est le shit, où se trouvent ces satanées plaquettes ? Les grands remèdes. Loïc remplit la baignoire de 30 cm d’eau. Chris plonge la tête de Menned, de Noé, de Menned, de Noé, de Menned, de Noé, à quatre ou cinq reprises, en leur tenant bien fermement les bras dans le dos, comme des pros, pour ajouter à la panique.

Mais il a beau hurler, Chris, Loïc peut bien s’escrimer, les deux petits que voilà ne veulent pas lâcher. C’est comme ça, ce sont de petits bonhommes entêtés qui s’imaginent devenir plus durs, plus forts et plus respectables en subissants ces sévices. Peut-être n’ont-ils même pas peur. Ibrahim a mis un coup de ceinture, et Sébastien rien du tout, jusqu’au petit matin où il décide de les asseoir face à face.

Il craque, Sébastien, ce jeu ne l’amuse pas. Menned, qui a le shit ? C’est Noé ? Noé, mets une claque à Menned. Menned ? Tu gifles Noé. Cela dure jusqu’à 7 h 30, quand, finalement, Noé craque : c’est moi qui ai volé le shit, il est chez ma mère à Paris, venez avec moi. Ils sont libérés. Menned va dormir, Noé s’en va en bus, avec Chris et Ibrahim, ils font le chemin jusqu’au 17e arrondissement.

« Racontez-moi tout »

Lorsqu’ils arrivent au pied de l’immeuble, Noé profite d’un instant de flottement pour composer le digicode et s’engouffrer dans l’immeuble, seul. Il avise sa mère, elle voit son fils, frénétique et amoché, l’implorer. Elle appelle le père de Noé qui retrouve les deux jeunes, dont Ibrahim, à qui il a enseigné les échecs.

Venez, dit-il, Noé m’a informé, racontez-moi tout et je vous rendrais votre dû. Ils discutent plus de 30 mim. Le père prend son fils sous son bras et l’emmène au commissariat. Il a enregistré les deux malfrats. Descente de gendarmerie à Jouars-Pontchartrain, les quatre tourmenteurs sont interpellés. Plusieurs invités sont également placés en garde à vue.

Après un à deux ans de détention provisoire et le reste passé sous contrôle judiciaire, Ibrahim, Loïc, Chris et Sébastien, les quatre invraisemblables tortionnaires de Ponchartrain, assis dans cet ordre sur des chaises, comparaissent devant leurs juges. Et, en toute honnêteté, ils trouvent cela un peu injuste.

Loïc fait un gros effort pour ouvrir grand les yeux, chasser cet air endormi qui marque son visage. Depuis la barre, il déclare : « Je ne dis pas qu’ils ont passé une bonne soirée, mais tout le monde fumait, ça rigolait, ça écoutait de la musique, y’avait même la Xbox. C’est pour ça que pour moi, c’est incohérent. Par rapport aux faits qui nous sont reprochés, c’est abusé. »

Après lui, Ibrahim le colossal déclare : « Ils préféraient souffrir un petit peu et se dire : “c’est bon, je vais fumer mon petit joint”, ils sont comme ça. Menned et Noé, ils étaient toujours dans des histoires de vol, de cambriolages, de stup'. Il faut bien regarder le passé de chaque personne. » Il ajoute : « Y’a qu’à regarder leur casier ! – Il est vide, précise l’avocate de Menned. – Bon, est-ce que vous y étiez ? Les cambriolages, les stups ? – Ce sont des affirmations gratuites ! », disent les avocats de Noé, qui n’en croient pas leurs oreilles.

« Je regrette les actes, ça reste des humains aussi »

Chris, l'air détendu, s’excuse platement devant ses juges. Il précise : « Mais nous aussi, depuis, on a subi. » Les deux victimes « étaient énervés et en même temps ils faisaient les malins, ils nous prenaient pour un con. » La présidente lit ses déclarations à la juge d’instruction : « Vous avez dit : “Si c’était à refaire, je le referai.” – Je dis ça par rapport aux victimes, je me sentais trahi par eux. Aujourd’hui je suis libre et j’aime ma vie. – Et par rapport aux victimes ? demande un avocat de la partie civile, par rapport à Noé ? – Je regrette les actes, ça reste des humains aussi. »

La présidente arbore la mine impartiale prescrite par le code pénal. Placide, tranquille, elle écoute les explications des quatre accusés qui, tour à tour, justifient leurs actes par la supposée dépravation morale des victimes. La qualification « actes de torture et de barbarie » ne rime à rien dans leur esprit.

Ces mots très forts ne semblent pas qualifier leur affaire : peine de réclusion à perpétuité, pour avoir chatouillé deux petits malins qui volent le shit d’autrui ? Les règles sont connues, disent-ils comme des parrains. C’est vrai : Ibrahim pose à la barre, bras croisés et regard planté dans ceux de ses juges. Sa politesse excessive et l’acceptation apparente de la faute ne parviennent pas à masquer son absence totale de remords.

Loïc tord un peu plus la bouche. Cette histoire l’a affecté. « Pour moi, l’horreur a commencé après », dit-il. On ne saisit pas très bien son discours, mais on comprend qu’il se plaint de la prison, du contrôle judiciaire et de leurs contraintes. Pas de travail, la galère. À lui les boulots de saisonniers en Normandie, la cueillette des fruits, le dos cassé.

« Et je ne m’en suis jamais plaint ! Je ne me plaindrai pas, car je sais que j’ai fait quelque chose de mal », dit-il en grimaçant. La présidente énumère les faits qui lui sont attribués. Il tempère, se démène pour corriger des accusations qui lui semblent injustes. En réalité, il pinaille et, dès qu’il le peut, il parle de lui : « Moi je suis un gentil, un coeur gros comme ça, je donne tout pour les gens. »

Chacun pour soi, improvisation et amateurisme

La présidente le reprend : « Menned et Noé, est-ce qu’ils criaient ? – Non, ils faisaient des bruits, euh, comme ça : Gniiii ! » grince-t-il. Il voit bien qu’il ne peut nier la matérialité des actes, quand la présidente lui demande : « Qu’est-ce que vous lui avez fait exactement ? – J’ai mis quelques coups de ceinture. » Les aiguilles sous les ongles, c’est lui, tout comme il a apposé la fourchette incandescente dans la nuque de Noé.

La blessure fut longuement commentée, photo à l’appui, par le médecin : quatre traits rouges parallèles qui ont fait « Pschhht » et ne disparaîtront jamais. « Comment les victimes réagissaient quand on leur plongeait la tête sous l’eau ? – Ça tapait sous l’eau. » Et il mime les gesticulations paniqués.

Chris a un discours lisse, mais, paradoxalement, plus élaboré que celui de ses copains. Il consent à expliquer et à ne pas accabler les victimes : « Je faisais passer Menned avant Noé, car il se laissait faire. Ce que faisait Loïc, c’étaient ses idées, ce que je faisais, c’étaient mes idées », dit-il pour écarter l’hypothèse d’une action planifiée.

Chacun pour soi, improvisation et amateurisme, les actes sont commis dans l’ivresse de la nuit, avec le recul, les actes lui apparaissent dans leur crudité, et ils sont moches. « Moi, je suis pas comme ça de base. Taper des gens à contre-cœur c’est pas dans ma nature. C’est dur de taper quelqu’un, j’ai un cœur. J’y repense tous les jours et je me dis : "C’est pas toi, Chris, c’est pas ton délire de faire les choses comme ça." Je suis triste », dit-il, contrit.

« Moi aussi, je mériterais des excuses pour ce qu’ils ont fait »

Sébastien est le moins impliqué et c’est le seul qui plaide l’acquittement. Le fait d’avoir la conscience tranquille lui ôte tout scrupule à la barre. Dans cette soirée, Sébastien n’est que passivité. Il fume des joints, fait des siestes, joue à la console. Pas une claque, pas un sévice, étranger au trafic – autant dire que Sébastien a encore au travers de la gorge ses 18 mois de détention provisoire.

Il dit « pardon aux familles », pas le choix. Et c’est parti : « Moi, j’étais proche de tout le monde dans cette affaire, et je connais aussi la personnalité des deux victimes. Je vais commencer par Noé. Un jour, il a voulu vendre à mon père un objet qu’il savait provenir d’un vol. Il a aussi volé l’Ipad tout neuf de son père pour le revendre dans la rue, place du foyer à Ponchartrain. Pour vous dire le genre de personne que c’est. Je connais aussi les victimes, je vous dis, moi aussi, je mériterais des excuses pour ce qu’ils ont fait. »

Sébastien est énervé, la cour est interdite. La présidente, adoptant une attitude détachée, a renoncé à expliquer aux accusés le sens de ce procès. La conviction de Sébastien est faite : « Au final, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Je suis désolé pour leur famille, mais imaginez ma mère qui voit son fils comme un animal en prison. J’ai fait un an et demi pour avoir été dans la même pièce. » Quand c’est son tour de le questionner, son avocat lui demande : « Pourquoi, selon vous, Menned et Noé ne sont pas partis ? – Tout simplement, parce qu’ils étaient bien ici, ils pouvaient fumer tranquillement. »

Tandis que les quatre accusés renâclent à endosser leur costume de bourreau, le petit Menned, assis devant son père fulminant, observe le procès avec gêne. Pour que les débats soient éclairés, il avait raconté son expérience au commencement du procès. 22 ans, un petit sourire et l’air poli devant Madame la juge, Menned qualifie la nuit du 31 mars au 1er avril 2013 de « sa grande nuit ». La plupart des protagonistes de ce procès ont qualifié cette nuit de « nuit d’horreur » pour les deux victimes. Ils ont vécu une « nuit d’horreur à Ponchartrain ».

Et c’est avec tact et bienveillance que la présidente a laissé libre cours à la parole de Menned. « Mon état d’esprit ? C’étaient comme des grands frères, j’avais grandi avec eux, c’est pour ça que je ne voulais pas faire de procédure. Les “grands frères”, on fait ce qu’ils nous disent, tout le temps. »

Cela explique qu’ils aient tenu à faire bonne figure, alors qu’ils prenaient les coups de ceinture, mais aussi quand ils devaient tenir sur la tête une canette ou dans le plat de la main une botte de moto, sans la faire tomber au risque d’être fouettés. Menned et Noé avaient à cœur de ne pas montrer leur souffrance, qui était physique, mais aussi morale et psychique.

Comme si rien ne s’était passé, la bande s’est reformée

Dans l’euphorie d’une soirée, guidés par leur quête du shit, les bourreaux tapaient et torturaient, tandis que les petits, qui avaient réellement volé le cannabis, n’ont pas imaginé adopter l’attitude de victimes. Ils n’ont pas supplié, ils n’ont pas crié, ils n’ont pas imploré, ils ont simplement encaissé, avec un aplomb fluctuant et des fortunes diverses – pas de fourchette pour Menned – l’épreuve qui était la leur, eux, qui avaient volé le shit des grands, et finalement recevaient leur châtiment.

Noé les a dénoncés. Il n’y avait pas d’autre solution, lorsqu’à 7 h 30 du matin, après une nuit d’horreur, l’épuisement, puis la peur l’ont irrémédiablement envahi. Il n’a vu d’autre solution que de s’échapper et de les dénoncer. Menned, quant à lui, est allé dormir. Il s’est reposé, puis est allé chercher un quad.

Avec Chris et Sébastien, ils ont partagé un moment de convivialité. Comme si rien ne s’était passé, la bande s’est reformée. Ce n’est que trois jours plus tard que son père, qui l’a trouvé étrange, l’a emmené à la gendarmerie pour se joindre à la procédure. Menned y est allé avec des réticences, et aujourd’hui, il paye son attitude, explique-t-il : « Avant, pour le village j’étais un délinquant, maintenant, je suis une balance. Pour les jeunes, là-bas, je suis un traître. Ca implique que je peux avoir à me bagarrer à chaque fois que je prends les transports, je ne peux pas ne pas être sur mes gardes. »

Cet état de fait l’emplit d’un profond désarroi. La présidente, l’avocat général pensent que ces pressions émanent des accusés eux-mêmes. Non, répond Menned, seulement ces quatre-là sont en quelque sorte des caïds, une bande redoutable que les jeunes de Jouars-Pontchartrain, les jeunes de Neauphle-le-Château (la ville de Chris), connaissent et respectent. Les règles sont ainsi : les « balances » sont brimées, les traîtres sont exclus.

L’ampleur des conséquences judiciaires a rendu la situation intenable pour Menned. Menned est la cible de la vengeance collective, pour avoir trahi ses amis et s’être révélé une personne sur qui on ne pouvait compter, il ne peut plus se déplacer sans craindre d’être agressé et insulté. Il a même été un jour menacé par Chris lui-même, révèle-t-il à l’audience.

Chris et d’autres jeunes l’ont intimidé il y a environ un an, ce que l’accusé nie. Au moment de la révélation, il secoue la tête énergiquement. Menacer sa victime le met dans la panade vis-à-vis de ses juges. Cela signifie qu’il a violé les obligations de son contrôle judiciaire. Mais en l’absence de preuve, cet élément ne peut être retenu comme un élément un charge, bien que l’apparente sincérité de Menned, à ce moment-là, soit désarmante.

« Vous avez eu peur de mourir à ce moment-là ? »

Toutes ces brimades l’ont affecté. « C’est un jeune, dit le psychiatre l’ayant examiné, qui est dans une terreur impressionnante, et qui a en même temps vécu un conflit de loyauté avec lui-même, car c’étaient des grands auxquels il devait le respect. C’étaient des personnes à la fois aimées et craintes. Il fallait qu’il reste en bons termes avec eux. »

Il s’est recroquevillé sur lui-même. Son moral n’est pas bon. Le voilà devant la cour d’assises, dont la présidente, qui ne semble pas percevoir l’ampleur de son désarroi, l’interroge sur ce qu’il a ressenti pendant cette « grande nuit », comme il l’a lui même nommée. La simulation de noyade : « Vous avez eu peur de mourir à ce moment-là ? – Ben oui, un peu quand même. »

Il murmure. « Vous y pensez souvent ? – Un peu tous les jours. – Ça a changé votre vie ? – Un peu, quand même. On parle de moi différemment. – Pouvez-vous comprendre que l’on puisse penser que ce n’était qu’une soirée ? – Oui, je comprends, après c’est pas normal ce qu’ils nous ont fait. – Vous êtes vous senti humilié ? – Oui, en plus il y avait une femme, c’était encore plus humiliant. »

Pourquoi, alors, faire du quad avec ceux qui l’ont humilié ? « Pour une personne hors de cette histoire, qui est adulte, c’est normal de porter plainte. Pour moi, à 16 ans, non. Je ne voulais pas reparler de cette histoire, pour moi c‘était fini, je voulais jouer avec eux. Je ne voulais pas qu’ils aient de problèmes, j’ai minimisé devant les gendarmes, mais bien sûr que j’avais peur. Il faut dire qu’au départ je n’avais pas conscience de ce qu’il s’était passé cette nuit. »

Sur questions de l’avocate de Chris, il précise : « C’est très bizarre la mentalité qu’on avait à l’époque. J’avais l’impression de tout leur devoir, et j’essayais donc de les défendre. » Pourquoi ne pas avoir porté plainte lorsque Chris l’a menacé ? « Moi, Madame je n’ai pas envie de finir dans le coma parce que je suis parti porter plainte et qu’ils sont venus me toper à dix. » Menned n’est pas libre aujourd’hui, Menned n’est pas en paix.

« Les conséquences sont très lourdes encore aujourd’hui, toute la famille vit dans la terreur », observe le psychiatre, qui utilise à dessein le mot « terreur ». Menned est profondément tiraillé entre deux états : cette nuit l’a ébranlé, mais il ne veut pas supporter l’étiquette de balance, il demande réparation. Mais c’est en quelque sorte cette démarche qui est la cause directe de son malheur actuel, alors que les actes qu’il a subis, dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2013 à Ponchartrain, sont la cause profonde de son malheur.

« Y’a un abus dans les mots, mais certes ces faits-là ont été assez violents »

L’avocat général, qui a posé de nombreuses questions, tant sur les faits que sur le ressenti de chacun, demande à Ibrahim : « Que pensez-vous du récit de Menned ?

On a tous en nous une part de vérité. Il a pu souffrir, je peux le concevoir, même s’ils ont volé le stupéfiant.

Reconnaissez-vous que ça puisse être caractérisé d’actes de torture et de barbarie ?

C’est certes condamnable. Pour moi, ça a été assez violent, plus que violent même. Je veux pas minimiser, mais ils savaient qu’ils n’allaient pas se faire tuer. On n’aurait jamais osé aller plus loin. Donc pour moi, y’a un abus dans les mots, mais certes ces faits-là ont été assez violents, c’était pas un jeu. »

Pour tenter de faire comprendre à Ibrahim, mais aussi à Loïc, Chris et Sébastien, que leur perception des choses pouvait être biaisée, qu’ils adhéraient en effet à une conception hollywoodienne de la torture et de la séquestration, la présidente a expliqué : « La contrainte, ce n’est pas juste mettre les clefs dans une porte. Quand on se prend des claques par quatre gaillards plus costauds, plus vieux, on peut légitimement penser qu’on ne peut pas partir ».

Esprit de séquestration plutôt que séquestration pure et simple, nuance l’enquêteur de gendarmerie. La loi ne recouvre pas seulement les cas de séquestration les plus extrêmes : baillon, liens, cave humide et brûlures au chalumeau, ce texte de loi ne vise pas que les actes de mafieux psychopathes, mais tend à englober tout ce qui dépasse, au vu du contexte, de l’esprit régnant et des intentions des protagonistes, les simples violences en réunions.

C’est la vision que défend le dossier, c’est la vision que développe l’accusation, et l’avocat général, vendredi 21 septembre, fait un raisonnement rigoureusement juridique, afin de démontrer que ces quatre-là sont coupables des faits de séquestration, torture et actes de barbarie. La démonstration de la culpabilité de Loïc, Chris et Ibrahim est simple, car elle est admise, et il reprend simplement les faits commis et admis.

Si on séquestre à quatre, on ne torture pas à trois

Quant à Sébastien, qui aurait assis les deux jeunes garçon face à face et qui les auraient contraint à se gifler, il se défend d’être coupable. L’avocat général explique alors que si la culpabilité de Sébastien est avérée s’agissant des faits de séquestration, elle le sera s’agissant des autres chefs d’accusation. L’un découle de l’autre. Si on séquestre à quatre, on ne torture pas à trois. Or, sa simple présence dans cette maison, plus qu’en simple invité, mais en compagnon de ceux qui ont mené la torture, fait de Sébastien un séquestrateur.

« Doivent-ils ou non retourner en prison ? » demande ensuite l’avocat général. C’est le principal enjeu. Depuis trois à quatre ans, les accusés ont repris le cours de leur vie. Ils travaillent tous, ont repris une formation, et, malgré leur culpabilité avérée, leur place est-elle en prison ? L’avocat général ne laisse rien au hasard.

« Je ne vais pas tirer une peine d’un chapeau. Pour concilier les deux objectifs de la peine, réparer et réinsérer, vous pourriez faire le choix d’une peine mixte. Je pourrais demander une peine de cinq ans, dont une partie couvrirait la détention provisoire, et l’autre serait assortie d’un sursis. Mais cette détention provisoire est-elle suffisante pour sanctionner les accusés ? La réponse est non. Il faut un travail de réflexion sur le sens des actes qui, à ce jour, ne semble pas abouti. Le travail de réflexion doit se poursuivre, et il doit se poursuivre en détention. Je requiers une peine de huit ans d’emprisonnement. »

À l’adresse des jurés, il ajoute : « Vous avez visité la prison de Bois d’Arcy et constaté la surpopulation carcérale. Si vous suivez mes réquisitions, ils n’iront pas dans une maison d’arrêt, mais dans une maison centrale ou un établissement pour peine, où la règle est l’encellulement individuel. »

« Doivent-ils retourner en prison ? »

L’avocat de Sébastien : « Pourquoi est-il là ? Parce que vous avez un groupe d’amis, parce qu’en garde à vue, dans une sorte de stupidité juvénile, il n’a rien dit, il n’a pas voulu dénoncer ses amis, idem devant la juge d’instruction. » Sébastien, dit-il, n’a contraint personne à rester sur place, n’a frappé personne, et il doit être acquitté.

L’avocat d’Ibrahim : « Son implication ce n’est pas d’avoir participé aux tortures, c’est d’avoir laissé faire. C’est une abstention coupable par peur, par lâcheté. Il demande le pardon après 700 jours de détention. » L’avocat parle de « gamins qui ont littéralement pété les plombs à l’occasion d’une nuit », et demande à ce qu’Ibrahim puisse, lundi, reprendre son travail, qu’il puisse revoir sa copine.

Après avoir rappelé que s’ils sont condamnés à la peine requise, contrairement à ce qu’affirme l’avocat général, les accusés iront à Bois d’Arcy le temps d’être transféré dans un établissement pour peine, et ce temps peut être long, l’avocate de Chris plaide : « Personne ne conteste que les faits soient à l’origine du traumatisme. Chris il vous le dit, il est assailli par la honte. Au fond, qui a intérêt à cela, à ce qu’il retourne en prison ? Il n’y a aucun désir de vengeance, l’objectif n’est pas de les renvoyer en prison. »

L’avocat de Loïc a dit que son client n’est « pas bien fini, pas bien finaud », que dans sa famille, ça ne sentait pas le pain grillé au petit déjeuner, mais que plutôt que de chercher les ténèbres, il fallait espérer en la nature humaine. Il tente de démontrer que la peine demandée est absurdement élevée, énumérant des membres du gang des barbares qui ont écopé de peines inférieures à huit ans, dans une affaire aux chefs d’accusations similaires, mais infiniment plus graves. Il parle vite, il parle fort, il fait beaucoup de citations et, comme ses confrères, demande que son client ne retourne pas en prison. Puis la cour et les jurés se retirent pour délibérer.

Chaque jour du procès, la présidente a demandé si Noé allait venir

Au premier jour d’audience, après que Menned eut partagé le tourment qui l’habite, la présidente a demandé : « Noé viendra-t-il témoigner ? » La mère et le père de Noé se sont levés. La mère a dit : « Noé voudrait beaucoup venir, mais, à l’approche du procès, son état s’est fortement dégradé. » Il se trouve qu’à l’été 2014, Noé a fait sa première bouffée délirante. A l’été 2018, il en était à sa cinquième hospitalisation psychiatrique.

Chaque jour du procès, la présidente a demandé si Noé allait venir, et la mère ou le père répondait : « Noé va trop mal pour venir, peut-être demain. » Noé est schizophrène. L’angoisse de l’audience, de s’exprimer devant une cour et face à ses agresseurs qu’il n’a jamais revus, revoir Menned, qu’il n’a jamais revu, est insurmontable. C’est une barrière psychique tout bonnement infranchissable, pour Noé, dont l’avenir, ont dit ses parents, est sombre.

Tard dans la soirée, les quatre accusés ont été condamnés pour les faits de séquestration, tortures et actes de barbarie. Seul Sébastien (trois ans, dont 18 mois avec sursis, 18 mois de détention provisoire) n’est retourné en prison que pour une simple formalité, il en est ressorti le lendemain. Il était désolé pour ses amis Ibrahim (cinq ans, dont deux ans avec sursis), Loïc et Chris (cinq ans, dont un an avec sursis), écœurés, ont enjambé le box des accusés, et sont retournés en prison pour des années.

— Julien Mucchielli