« Mais qu'est-ce que vous avez avec les testeurs de parfum ? »

Les policiers sont intervenus en passant devant le magasin, une parfumerie des Champs-Élysées. Un vrai flag’. Un vigile poursuivait un homme avec force cris, « rattrapez-le » ! L’arrestation a été musclée : l'individu, grand et corpulent, ne s’est pas laissé faire. Son larcin : un flacon de parfum à 90,99 euros. « C’était le testeur, notera son avocat à l’audience. Il était quasiment vide. »

« Je voulais mettre du parfum, j’ai fait une idiotie. » Dans le box, le trentenaire porte la chemise rouge avec laquelle les policiers l'ont facilement repéré lors de son forfait, près de trois jours plus tôt. Cette idiotie l’a mené en comparution immédiate dans une des petites salles blanches du nouveau tribunal de Paris. Il comparaît pour vol avec violence et rébellion. L’agent de sécurité du magasin s’est porté partie civile pour une blessure à la main lorsqu’il tentait de le maîtriser, un policier également. Il a également été retrouvé dans son sac divers ustensiles de cuisine toujours dans leur emballage, provenant d’une enseigne spécialisée, pour une valeur de 200 euros.

le prévenu

Le prévenu. (Illustration : Mathilde Tournier.)

L’homme, chef cuisinier de son état, le jure : ces ustensiles, il les a achetés. « J’allais les apporter au restaurant où je travaille. » Problème : s’il est bien passé dans la boutique peu avant le vol du parfum, il n’a fait que se renseigner sur les minuteurs et acheter une sonde à gâteau. En outre, le magasin a fermé pour la période estivale et rouvrait ce jour-là. S’il ne les a pas achetés à ce moment-là, alors quand ? « Au début de l’été, avant la fermeture. » La présidente du tribunal fronce les sourcils. « Et pourquoi sont-ils encore emballés deux mois après ? – Je n’avais pas l’opportunité de les ouvrir. Cet été, je n’ai travaillé que dans des bistrots. Depuis une semaine, je suis dans un restaurant étoilé. – Si ce sont vos ustensiles professionnels, vous devez avoir fait une facture pour votre employeur, remarque un juge assesseur. – Non, j’achète mes propres ustensiles. – Ils ne vous fournissent rien ? – Pas tout, non. »

« C’est une cuisine très précise, à la seconde près »

Ces explications ne sont visiblement pas au goût de ses juges, qui continuent à le cuisiner. « Il y avait trois minuteurs dans votre sac. Vous entrez dans le magasin pour vous renseigner sur un autre. Pourquoi avez-vous besoin de tous ces minuteurs ? – Je suis chef de cuisine dans un deux-étoiles au Michelin. C’est une cuisine très précise, à la seconde près. Si à une table, un client mange saignant, l’autre bleu et le troisième bien cuit, je dois avoir trois minuteurs… »

Le juge assesseur s’interroge. « Pourquoi, quand on exerce ce type de profession, on en vient à voler un parfum ? – Je ne sais pas, admet le prévenu. Je gagne bien ma vie, j’ai une maison, une femme, des enfants. » L’enquête de personnalité le confirme : il gagne 3 000 euros net par mois et venait juste d’être embauché dans une prestigieuse maison parisienne, comme chef de cuisine, en CDI. « Vous aviez déjà volé ? s’enquiert la présidente. – Oui. – Quoi ? – Un testeur de parfum. – Mais qu’est-ce que vous avez avec les testeurs de parfum ? »

« Maintenant, je bois plus, je suis en cuisine tout le temps »

Le trentenaire a aussi, par le passé, été condamné pour violences conjugales et conduite en état d’ivresse. Il a fait quelques mois de détention : « C’était à cause de l’alcool. Maintenant, je bois plus. Je suis en cuisine tout le temps. » L’enquêteur de personnalité qui l’a rencontré en détention provisoire note qu’il pourrait avoir un « trouble de la personnalité », et suggère que soit réalisée une analyse psychiatrique.

l'avocat de la défense

L'avocat de la défense. (Illustration : Mathilde Tournier.)

Au regard de la « situation stable » et du casier judiciaire du prévenu, la représentante du parquet requiert 120 jours-amende à 20 euros. Mais l’avocat de l'homme demande la relaxe pour le vol des ustensiles, dont rien ne prouve qu’ils ont été volés. « Pour ça, il aurait fallu procéder à un inventaire du magasin, or cela n'a pas été fait. » Relaxe suivie par le tribunal : le doute doit bénéficier au prévenu. Pour le reste, le chef cuistot écope de 90 jours-amende à 10 euros. « C’est une amende de 900 euros qui, si vous ne la payez pas en temps imparti, se transforme en jours de prison », explique la présidente.

— Mathilde Tournier