« Je ne suis pas un agresseur, je suis un blagueur »

Cette histoire a également fait l’objet d’un récit publié sur Rue 89. Les prénoms ont été modifiés.


Pour lui, c’était « une blague ». Pour elle, « une agression sexuelle ». Mais c’est bien pour « harcèlement sexuel par une personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction », commis du 1er janvier 2016 au 25 avril 2017, que Thomas, 32 ans, second maître dans la marine nationale, a comparu devant la chambre militaire du tribunal de Rennes le 20 mars 2018. Julia, la quartier-maître de première classe à l’origine de la plainte, est venue à l’audience.

L’étroitesse de la salle oblige les deux marins à exécuter un chassé-croisé pour ne pas se rencontrer de trop près. Appelé à la barre, Thomas, sa chemise noire au carré dans son jean gris, s’approche d’un pas chancelant. À un mètre sur sa droite, Julia s’assied et commence à fixer un point imaginaire. Puis Véronique Lanneau, la présidente, présente l’épisode du 25 avril 2017 comme cela :

« Vous étiez donc en service, dans un local sur la base. Votre collègue travaille penchée au milieu des emballages, vous vous êtes placé devant elle et lui saisissant le chignon, vous avez simulé une fellation. Elle s’est ensuite débattue, alors que vous riez. Puis elle a fui. Qu’est-ce que vous pouvez dire aujourd’hui ? » Le trentenaire transpire le malaise. « C’est une blague, une très mauvaise blague, concède-t-il, la voix toute chevrotante. J’ai eu le temps de réfléchir énormément sur ce sujet. » Il déglutit.

« J'ai mimé »

« Comment ça s’est passé ? reprend doucement la juge.

Je regardais un dossier et elle travaillait dans les colis non loin. Un collègue est rentré, il a dit : "Est-ce que tu veux te faire prendre en levrette ?" Après j’ai mimé effectivement.

Qu’avez-vous fait exactement ? guide Véronique Lanneau.

J’étais face à elle, j’ai posé ma main sur sa tête et j’ai mimé en avançant mon bassin, répond pudiquement l’officier à la coupe en brosse gélifiée.

Vous n’avez pas juste posé votre main… croit savoir la magistrate.

Si, parce que si je lui avais vraiment tenu le chignon, elle aurait perdu l’équilibre et on serait tombés, justifie Thomas. Je ne me vois pas lui attraper le chignon.

Enfin, s’emporte la juge, si elle n’avait pas opposé de résistance, son front aurait certainement touché votre sexe !

Je ne me rappelle pas… balbutie-t-il. Elle a pas eu besoin de me repousser. »

Véronique Lanneau s’attarde sur les autres phrases prononcées quotidiennement par ce chef au bureau et compilées dans le dossier. « On vous reproche également des phrases comme : "Hé t’as couché ce week-end ?" ou "J’aimerais bien que l’on me suce" », lit la juge face à un Thomas aussi pâlot que penaud. Il souffle, « c’était l’ambiance du bureau »… Véronique Lanneau, sur un air exaspéré : « Vous avez conscience que c’est vous qui êtes là, pas vos collègues ? Vous avez conscience que toutes ces blagues salaces, quand on est une femme, ça peut être mal reçu ? « J’en ai conscience, je suis désolé », s’excuse Thomas, la tête rentrée dans les épaules. La juge termine : « Cette femme dit aussi : "Il m’a clairement considérée comme un objet." » Une flottille d’anges passe.

« Pourquoi je n’ai pas eu la sensation de la gêner ? »

Thomas tente de prendre du recul. « Pourquoi je n’ai pas eu la sensation de la gêner ? s’interroge-t-il à voix haute. Je blague comme ça devant tous : hommes, femmes, gradés. Tout le monde le prenait à la rigolade.

En rigolant, c’est comme si vous encouragiez cela, éclaire la juge.

Je comprends. Je me suis mis à sa place. J’ai réfléchi à cela, assure le père de famille, pacsé à une "femme profondément féministe". C’est difficile à expliquer…

C’est surtout difficile à justifier, tâcle le procureur, Sébastien Farges, surprenant l'auditoire.

Mais j’ai jamais senti que ça pouvait l’énerver, témoigne Thomas, un peu dépassé par la situation. Elle dit aussi qu’elle n’était pas la dernière à faire des blagues de cul.

Effectivement. Mais les vôtres indisposaient et le geste était de trop, recadre Véronique Lanneau. Votre entourage le dit. Vous balancez tout le temps des vannes déplacées, votre fond d’écran, c’est une image porno… L’un dit : "C’est maladif chez lui." Et elle aurait été montrée du doigt si elle se plaignait.

Mais elle aurait pu ne serait-ce que me le faire ressentir, sans le dire… reproche-t-il sans forcément le vouloir. Je pensais que si elle avait eu quelque chose à me dire, elle me l’aurait dit. »

« Tant qu’il n’y a pas de geste, ça me passe au-dessus »

La présidente écarte Thomas du micro. « Mettez-vous un peu de côté, on va faire venir madame. » Julia, un pull bleu marine sur le dos et les cheveux bien tirés en queue-de-cheval, lui passe devant et décrit d'emblée ce dont elle se souvient. « Il m’a tiré les cheveux en faisant des allées et venues avec son bassin, "pour rire" », résume-t-elle. La juge veut savoir si elle pense qu'il y avait une « intention sexuelle ». Elle répond « non » tout de suite.

« Qu’est-ce que vous avez ressenti ? se renseigne Véronique Lanneau.

Ça m’énerve profondément. J’ai tenu le coup parce que j’ai un caractère fort, dit Julia, avalant presque ses mots. Moi tant qu’il n’y a pas de geste, ça me passe au-dessus. Tout le monde fait des blagues de cul, mais là j’ai été prise pour un objet.

Quelles étaient ses attitudes ? rebondit la juge.

C’était hard, note Julia, engagée il y a cinq ans et toujours en poste dans la même base. Il expliquait les rapports qu’il avait eus pendant le week-end.

Comment vous avez vécu ça ?

J’y repensais tout le temps, je dormais mal, se souvient-elle. Comme il était encore dans mon secteur, je me suis mise en arrêt maladie, puis j’ai dénoncé les faits. »

L’avocat de son ex-collègue, muté ailleurs en Bretagne après avoir écopé de vingt jours d'arrêt avec sursis, s’avance vers Julia, une feuille à la main. « Je relis les propos tenus avant la scène par un autre de vos collègues : "Est-ce que tu veux te faire prendre en levrette ?" Mon client n’était donc pas le seul à faire ce genre de blague », en déduit Me Vincent Le Borgne, du barreau de Brest. Julia acquiesce. Le défenseur n’a pas le temps de se satisfaire de cette réponse que le procureur le fait rasseoir d’un cinglant « vous nous expliquerez en quoi ça affecterait la responsabilité de votre client ».

« Le grade, à l’armée, a un rôle »

Thomas revient devant les trois juges, un peu plus agité qu’au début de l’audience. Il n’en démord pas : si vraiment Julia en avait eu marre, elle aurait dû le lui signaler plus vivement. « Je pense qu’elle a rigolé à un moment donné », conclut-il. La présidente lui oppose une autre hypothèse : « Il y a peut-être des jours où elle arrive à prendre sur elle et d’autres non. »

Me Pauline Picarda, l’avocate de Julia, demande à Thomas qui l’a formé à son arrivée sur la base. « C’est Julia », reconnaît-il, avant d’ajouter : « Je ne suis pas un agresseur, je suis un blagueur. » Sur l’intention d’avoir un contact sexuel, Thomas est catégorique, « aucune », s'empresse-t-il de répondre. L’avocate prend note et détaille la position de sa cliente sur ces faits. « Elle ne les a pas dénoncés immédiatement car elle avait peur de sa hiérarchie. En tout cas, elle n’a pas rien dit comme il le prétend. Ça a d’ailleurs conduit à des disputes à plusieurs reprises. »

Me Picarda tient à faire requalifier le délit de harcèlement sexuel en agression sexuelle aggravée : « Toutes les personnes qui travaillent avec eux attestent de ces propos obscènes au quotidien. Dans un tel contexte, l’infraction est constituée dès lors qu’il y a un contact physique entre l’auteur et la victime et qu’il avait conscience d’imposer ce geste. Il n’y a pas de doute sur la contrainte, la surprise puisqu’il est arrivé dans son dos. L’absence de consentement est là : elle s’oppose à lui, crie, bouge… » L’avocate veut aussi que la circonstance aggravante d’abus d’autorité soit retenue. « Le grade, à l’armée, a un rôle. »

« L'intention, ici, est bien de plaisanter »

Pour le procureur, l’agression sexuelle ne tient pas car « il manque une intention sexuelle de la part de l’auteur des faits. L’intention, ici, n’est pas d’obtenir ou de contraindre l’acte sexuel, mais bien de plaisanter. La différence entre les deux c’est la volonté équivoque dans l’esprit de l’auteur de faire subir des actes de nature avilissante ou des propos dégradants. » Et le magistrat de retenir le harcèlement sexuel, non sans avoir lu la définition de ce délit inscrit dans le code de la Défense depuis 2014.

Avant de requérir cinq mois de prison avec sursis simple, le magistrat a dénoncé « un quotidien sexualisé, où le baiser dévie, où les blagues salaces fusent, où la phrase rituelle préférée est "j’aimerais bien que l’on me suce". Quel est cet esprit garçonnier qui veut qu’entre mecs, on tienne ce genre de propos ? a-t-il questionné. Il suffit de prononcer ces mots dans cette salle d’audience pour provoquer l’effroi. »

Avant de plaider en défense, Me Vincent Le Borgne se laisse aller à un petit avant-propos à destination du tribunal, le priant de « savoir raison gardée » même si les faits entrent en résonance avec l’actualité. Ce après quoi l’avocat décide de se rasseoir, sans que le procureur n’y soit pour quelque chose cette fois, tout en continuant à plaider, que si son client tenait des propos salaces au travail, « il n’était pas le seul ». À ce moment-là, plus grand monde n’écoute. Les yeux sont rivés vers cette robe noire attablée au milieu du prétoire.

« Vous plaidez debout maître »

L’avocat palabre sans discontinuer, ni sentir qu’il serait de bon ton de se lever. « Aucun élément ne permet de qualifier le harcèlement sexuel, indique-t-il en plaidant la relaxe. Monsieur a voulu rire comme les autres et avec eux. On est encore dans le registre de la blague, de la mauvaise blague. Il y a eu un manquement disciplinaire et il a été sanctionné. » Le procureur intervient au grand soulagement de la présidente. « Vous plaidez debout maître, pas assis. » La robe noire s’empourpre de gêne. « À Brest, les pupitres sont un peu plus hauts… »

L’avocat évoque son client, « chamboulé », sans qu’on sache qui des deux l’est le plus à cet instant. Si jamais Thomas venait à être déclaré coupable, Me Le Borgne demande à ce que la circonstance aggravante ne soit pas retenue. « Il n’y a pas de lien de subordination puisqu’ils se sentaient d’égal à égal. » Le tribunal a condamné le marin, sans casier judiciaire jusqu'ici, à quatre mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel et a considéré ses gestes et paroles comme « humiliants et dégradants ».

— Charlotte Hervot