« Le prochain chat, ça sera madame »

« Comme j’ai dit, le chat, j’ai pas fait exprès. » Arrêté le 3 novembre suite à une énième scène violente contre sa compagne, monsieur G., 40 ans, est traduit en comparution immédiate ce lundi 6 novembre 2018 pour deux séries de faits de cette nature. Au cours du cirque du 12 octobre, il donnait également des coups de pieds dans les meubles, le chaton qui passait par là en prit un ; il en est mort.

Monsieur G. vivait à Dijon jusqu’à ce qu’il emménage chez madame X, à Chagny. Voilà cinq à six mois qu’ils sont ensemble. Lui, il a deux enfants (d’autres unions) qui sont placés. Il va vers des femmes alcooliques. Elle, elle a plusieurs enfants adultes devenus parents, et une dernière, de 8 ans, qui vivait à son domicile et fut placée en septembre après une intervention des gendarmes de plus au domicile. Elle va vers des hommes violents. Lui, il avait eu un rappel à la loi en septembre. Quel sens a la loi pour lui ?

Monsieur G. est placé sous un régime de protection civile, il est sous curatelle. L’association chargée de la mesure a demandé à être déchargée de ce monsieur, à cause de « nombreux débordements violents ». Il fait signe vigoureusement que « non », mais de toute façon, lui non plus, il ne veut plus de sa curatrice. Au demeurant il ne sait pas pourquoi il est sous curatelle. Ce statut impose une expertise psychiatrique, elle fut faite après les faits de septembre. « Moments de décrochages psychiques en rapport avec l’alcoolisme, écrit le psychiatre. Variations d’humeur, anxiété extrême, troubles cognitifs liés à l’alcoolisme. Marqués par de nombreux échecs affectifs, scolaires. Jalousie classique dans l’alcoolisme. » Altération du discernement au moment des faits.

Elle est posée dans la salle, gratifie qui la regarde d’un sourire gentil. Elle est jolie, et abîmée. « Vous voulez vous constituer partie civile, madame ? lui demande la présidente Pertuisot. – C’est quoi ? renvoie la femme. » A-t-elle quelque chose à dire ? Elle se lève, tac, d’un coup, toute droite. Elle a à dire « que je l’aime, et que je veux continuer à faire ma vie avec lui ». Il est saisi d’une telle émotion à entendre cette déclaration qu’il en claque la main sur le rebord du box, puis détourne la tête vers l’arrière, en recul pudique. Il n’en revient pas, de ce cadeau. Au tribunal, en plus ! Dès lors, ils seront l’un avec l’autre, à regarder l’audience se dérouler, s’assurant mutuellement par signes et regards qu’ils comprennent, eux, ce que les autres ne comprennent pas. « C’est vrai qu’il n’a pas de travail, continue le bout de femme à la vie harassante, et qu’il reste à la maison, à pas sortir. Il est très gentil, mais c’est vrai qu’il faut que je sois seule avec lui, et qu’il n’y ait pas d’alcool. » Elle est saisonnière, elle a obtenu qu’il puisse travailler lui aussi, au même endroit. Ainsi tout sera bien, tout sera bien…

Cause perdue si l’on écoute le parquet. « Madame a levé des yeux émerveillés sur monsieur. Elle l’aime, et ils seront ensemble à la maison et au travail, et tout sera bien. Et ils vécurent heureux, et eurent non des enfants, mais de nombreux chatons sous leur responsabilité ? » La vice-procureur, madame Saenz-Cobo, requiert comme s’ils n’étaient pas là, ces deux-là qui disent s’aimer et qui se tournent vers les gendarmes quand ça ne va pas : « Il faut une mesure d’éloignement, sinon le prochain chat, ça sera madame. (Le prévenu et la victime s’accrochent des yeux, se soutiennent) Mais il ne faut pas se faire d’illusion, que le tribunal se rassure, on sait qu’il y aura un autre monsieur G. pour elle, et qu’il trouvera une autre madame X ! Ça court les rues, ça court "leurs rues". C’est dramatique, mais c’est comme ça, c’est malheureusement presque une loi de la nature. » Elle dessine un portrait du prévenu, « être frustre, limité, alcoolique et violent […] ce n’est pas un long suivi qui le changera, car la marge de progression sur un individu tel que monsieur G. est très faible, alors, on peut juste contenir. » La victime pleure.

« Je ne l’ai pas tenue à la gorge, juste la claque. – Il y a des traces, quand même… »

La présidente ne peut guère avec un tel numéro. « Bon, le chat, vous n’avez pas fait exprès. Et sur votre compagne ? – C’est l’alcool. – Sur la première série de faits, vous n’aviez pas bu. – Si, je venais de manger. – Mais ce sont des faits assez courants… – Je ne l’ai pas tenue à la gorge, juste la claque. – Il y a des traces, quand même… – Pfiou. » Il veut changer de sujet : « J’ai deux enfants qui sont placés. – Oui, mais ce n’est pas l’objet de cette audience. Vous avez un suivi psychiatrique ? – Nan ! Pourquoi ? » Le tribunal ne peut guère également avec une telle victime : « Madame, il y a la brûlure de cigarette, les coups au thorax, il vous a poussée, vous pourriez mourir… – Ben oui, l’autre jour il m’a poussée, c’est vrai. » Lui est dans le bonheur, de ces déclarations qui pour lui sont d’amour, toujours renouvelées.

Maître Delahaut relève l’altération du discernement au moment des faits. Monsieur G. rassure sa compagne du regard. « Effectivement, il est immature, limité intellectuellement, il ne sait ni lire ni écrire. Il montait les tentes d’un cirque, il l’a toujours fait (mais le cirque a connu une liquidation judiciaire, et monsieur G. ne travaille plus). » Enfance très difficile, pas d’études. L’avocate est étonnée qu’avec un tel parcours judiciaire (20 mentions au casier) et de telles difficultés, avérées, l’autorité judiciaire n’ait jamais cherché à en savoir plus. « J’ai l’impression que personne n’a pris ça au sérieux. » Elle mentionne que la prison n’aura « aucun effet sur lui », mais qu’il faudrait « des soins, et un suivi psychiatrique, chercher de quelle pathologie il souffre, les causes de sa violence » Elle conclut : « Le chaton, c’était le sien, il n’avait aucune intention de le tuer. »

« Il me manque tant, il me manque tant. »

Monsieur G. avait subi les réquisitions, outré par l’outrance. Il tient à rétablir quelque chose de lui-même et du lien avec sa chérie. Il regarde la vice-procureur, l’appelle « madame la juge », et découvre son avant-bras gauche : « Et ça ? ça ? ça, c’est parce que je l’aime ! » Il y a des tatouages, sur son bras, et aussi des cicatrices : il se scarifie quand ça ne va pas. Son amoureuse nous l’a expliqué dans le hall du palais, pendant le délibéré, parce que le parquet avait ordonné qu’elle sorte de la salle (elle voulait tant dire quelques mots à son homme). Elle nous l’a dit parce qu’elle a le sentiment que personne n’y comprend rien, à la vie qu’ils mènent : « Il est gentil. Demain, je vois ma fille qui a été placée, elle le réclame ! Elle l’appelle papa. Il me manque tant, il me manque tant. »

Le tribunal suit à peu près les réquisitions et condamne monsieur G. à trois ans de prison, décerne mandat de dépôt. Il restera sous main de justice pendant encore cinq ans ensuite : suivi socio-judiciaire versus deux ans de prison s’il déroge à ses obligations (de soins), et aux interdictions (plus aucun contact avec la victime, interdiction de paraître à Chagny, interdiction de détenir un animal pendant cinq ans). « Je vais demander que vous ayez un examen psychiatrique assez rapidement », lui indique la présidente Pertuisot, mais ce n’est pas le souci du prisonnier : « On a quand même le droit de s’écrire, madame ? » Le tribunal a retenu l’altération du discernement.

Des gendarmes de Chagny sont en escorte, ceux-là même qui se déplacent à répétition au domicile de madame X, laquelle, ivre de chagrin et de larmes mal refoulées, se rapproche du box pour enfin dire deux mots à ce chéri maltraitant. Elle lui passe une bague, il lui prend la main. La vice-procureur a suspendu son pas pour fixer sèchement la scène qu’elle avait interdite pendant le délibéré. La gendarme de l’escorte se tourne alors vers madame X, se penche en sa direction : « Je passerai vous voir demain, pour tout vous expliquer. »

— Florence Saint-Arroman