« Il y avait beaucoup de sang dans le couloir. Il fallait que je nettoie pour la reconquérir »

« Je n'ai pas dormi beaucoup, je m'excuse si je fais quelques fautes de français », prévient Benjamin dans l'après-midi du deuxième jour d'audience. Toute la matinée, les témoins se sont succédé à la barre pour tenter d'expliquer le drame survenu le 20 février 2014, dans un appartement du boulevard Edgar-Quinet.

Mais personne n'a vraiment compris pourquoi un étudiant allemand en business international avait, ce jour-là, attaqué sauvagement et tué de plusieurs dizaines de coups de couteau, deux jeunes femmes d'origine chinoise vis-à-vis desquelles il ne nourrissait aucune animosité.

Alors on se tourne vers lui, le seul capable de fournir une réponse, le seul qui sache ce qui s'est vraiment passé dans l'appartement, cet après-midi-là. Pendant plus d'une demi-heure, d'une voix monocorde seulement teintée par son accent, il tente de livrer un récit clair et honnête des faits dont il s'accuse.

« Je me suis levé tôt ce jour-là. J'ai ressenti un mélange de tristesse et de désespoir. » Trois jours auparavant, Nan, sa petite amie, l'avait quitté. Le monde de Benjamin s'était effondré.

« Ensuite, j'ai acheté un couteau et une bouteille de vin. » Il s'était mis en tête de la reconquérir, par n'importe quel moyen. Avant d'aller la voir, il prépare son sac à dos.

« Je n'avais pas seulement des armes avec moi, j'avais également un appareil photo, parce que je savais que Nan aimait les hommes qui font de la photo. J'avais pris également une peluche que nous avions achetée à Eurodisney, et qui représentait un moment agréable que nous avions passé ensemble. »

Dans son sac à dos, il y a deux cutters, une bonbonne de gaz lacrymogène, un pistolet à impulsion électrique, des menottes, du ruban adhésif, des gants en latex et une scie à métaux.

« L'idée, si elle ne voulait pas revenir avec moi, c'était de la menacer avec toutes les armes. Je sais que c'est difficile à comprendre, mais il faut savoir que j'étais vraiment désespéré, et fou amoureux. Pour moi, c'était impossible de vivre sans elle. »

alt
Benjamin. (Illustration : Clarisse Le Chaffotec)

Dans le box des accusés, avec ses cheveux blonds mi-longs qui encadrent un visage d'adolescent sans âge, Benjamin ressemble aux jeunes protagonistes des films de Gus Van Sant.

« Ensuite, j'ai mangé, et j'ai mis toutes les armes dans mon sac à dos »

« Ensuite, j'ai mangé et j'ai mis toutes les armes dans mon sac à dos. » Et puis, dans l'après-midi, il part vers l'appartement de son ex-amie, à moins de cent mètres de chez lui. Il a gardé un double des clefs.

« J'ai ouvert la porte de l'appartement, mais il y avait quelqu'un à l'intérieur, l'une de ses colocataires. J'ai été surpris, j'ai refermé la porte et je suis parti. »

Derrière ses petites lunettes carrées, le regard de Benjamin n'exprime aucune émotion. À intervalles réguliers, il cligne lentement des yeux.

Il raconte qu'il erre alors devant l'immeuble, pendant une dizaine de minutes, réfléchissant à un prétexte pour pouvoir accéder à la chambre de Nan et l'attendre. Il revient peu après : « J'ai sonné, c'est Eliana qui m'a ouvert. J'étais surpris, parce que je croyais qu'elle était en Suisse. » Eliana, une étudiante de 25 ans, logeait dans l'appartement depuis la veille, sur le canapé du salon.

« J'ai dit à Eliana que je voulais poser une veste dans la chambre de Nan. Elle m'a accompagné, elle marchait devant moi. Quand je suis arrivé dans la chambre vide, j'ai revu toute la scène, quand nous avions rompu, et tous les mots méchants que Nan m'avait dit et j'ai eu une crise de rage. »

« J'ai attaquée Eliana avec le taser, puis avec le gaz lacrymogène. Ensuite, j'ai pris le couteau et je l'ai frappée. Elle était accroupie devant moi. Je suis parti dans le couloir, mais Eliana m'a suivi et là, j'ai totalement perdu le contrôle. Je ne me souviens de rien. »

La jeune fille reçoit 26 coups de couteaux. Atteinte à la gorge et au cœur, elle décède très rapidement.

« Dans mon souvenir suivant, je suis dans le couloir, je marche et je réfléchis à comment faire pour reconquérir Nan, je fais les cents pas dans l'appartement. Je sais que ça peut paraître fou, mais c'est ça que je pensais. »

Pendant quelques secondes, il tente de rassembler ses souvenirs confus. À chacune de ses pauses, le silence qui s'est abattu sur le tribunal semble s'étendre un peu plus.

« Ensuite, j'ai constaté qu'il y avait beaucoup de sang dans le couloir. J'ai pensé que Nan pouvait entrer à n'importe quel moment et qu'il fallait que je nettoie pour la reconquérir. J'ai trouvé des serviettes dans la salle de bain, ça a pris beaucoup de temps. »

Pendant plus d'une heure, l'étudiant allemand frotte le sol et les murs de la colocation. Il tire le cadavre d'Eliana jusque dans une chambre.

« Et puis, quelqu'un a sonné à l'interphone. Je ne voulais pas ouvrir, mais ça n'arrêtait pas de sonner. Alors, j'ai appuyé sur l'interphone et j'ai ouvert la porte. J'ai vu que c'était Jacqueline. » Jacqueline, la petite sœur d'Eliana, avait 20 ans.

« Je ne savais pas quoi faire. Je ne voulais pas qu'elle entre, mais je ne savais pas quoi faire. Elle a posé son manteau dans le salon, et puis elle est venue vers moi pour aller dans la chambre. »

« Elle s'est approchée de moi, mais je ne voulais pas qu'elle vienne dans ma direction. Je lui ai crié : "Tu ne peux pas passer." Elle a continué de s'approcher, j'ai continué de dire : "Tu ne peux pas passer." Elle s'approchait encore, alors je l'ai attaquée. »

« Encore une fois, j'ai perdu le contrôle. »

« Je voulais simplement avoir une relation amoureuse »

En racontant son histoire, Benjamin fixe droit devant lui mais ne regarde rien, ni personne. Il donne l'impression de scruter à l'intérieur de lui-même.

« Je ne me souviens plus. Quand je reprends mes esprits, je réalise que j'ai fait quelque chose de terrible, il y a beaucoup de sang. » Jacqueline est morte. Elle a reçu soixante coups de couteau, ses deux poumons sont perforés.

Quelques secondes plus tard, il entend sonner à nouveau. « J'ai eu peur de perdre encore le contrôle si quelqu'un entrait, alors j'ai bloqué la porte. » De l'autre côté, c'est Tatiana, la troisième colocataire, qui se rend compte que quelque chose cloche. Elle descend pour prévenir le gardien de l'immeuble.

Benjamin tire le corps de Jacqueline dans la chambre, à côté de celui de sa sœur. Et là, il réalise vraiment ce qu'il vient de faire : « Je me suis rendu compte que j'avais fait quelque chose de terrible, que j'avais tué une autre personne. Alors, j'ai ouvert la fenêtre de la cuisine et j'ai sauté du sixième étage, pour me suicider. »

Il s'écrase, 20 m plus bas, dans une verrière qui lui sauve la vie.

Quand le récit de Benjamin s'achève, la cour reste muette pendant plus d'une vingtaine de seconde, sous le choc, comme asphyxiée, non pas tant par la tragédie qui vient d'être contée que par le détachement et la sincérité de celui qui vient de raconter son crime avec une rigueur inouïe, sans manifester la moindre émotion.

« Je sais que c'est atroce ce que j'ai fait, mais je ne voulais pas que ça finisse comme ça. Je voulais simplement avoir une relation amoureuse », conclut-il.

« Il faut commencer par dire que j'étais très seul »

Le procès du double assassinat du boulevard Edgar-Quinet s'est ouvert la veille. L'émotion, déjà palpable dès l'ouverture, n'a fait que s'accentuer à mesure que les débats progressaient. Les parents de Jacqueline et d'Eliana quittent régulièrement la salle, submergés par les larmes.

Au matin du deuxième jour, sans un mot d'avertissement, le tribunal diffuse les images des cadavres ; les visages, notamment, en gros plan, défigurés. Dans le fond de la salle, de nombreux auditeurs, les amis d'enfance des deux victimes, s'effondrent.

Aujourd'hui, de Jacqueline et d'Eliana, il ne reste que quelques photos et des adjectifs dans la bouche de ceux qui les ont croisées : « Brillantes, souriantes, généreuses, très intelligentes, sociables, la gentillesse incarnée, lumineuses. »

« Ce que j'ai fait, c'est terrible. Je sais que je ne pourrais jamais réparer la douleur que j'ai causée. » Benjamin voudrait expliquer son crime, mais il ne peut pas, il ne trouve pas les mots, il ne sait pas : « J'ai perdu le contrôle. »

« Il faut commencer par dire que j'étais très seul », indique-t-il, dès qu'on se penche sur sa personnalité. « J'ai souffert de la solitude. J'étais dépressif à cause de ça, je n'avais pas beaucoup d'amis. »

Ses parents, pourtant, se souviennent d'un enfant gentil, normal. Ils ne se sont jamais rendus compte que Benjamin se sentait si seul.

À 21 ans, Nan était le premier amour de ce grand timide, complexé par sa difficulté à nouer des relations sentimentales. La rencontre se déroule à Rouen, en 2011, où ils sont tous les deux des étudiants étrangers, et elle dure jusqu'au 17 février 2014, trois jours avant les faits qui lui sont reprochés.

Benjamin se souvient précisément de leur premier baiser : « C'était le 19 novembre 2011, c'était le jour le plus important de ma vie. »

alt
L'avocate générale. (Illustration : Clarisse Le Chaffotec)

Nan témoigne, le matin du troisième jour. C'est une jolie étudiante chinoise de 28 ans qui s'exprime d'une voix très douce, entre deux larmes : « Je ne comprends pas pourquoi tout s'est passé comme ça. »

Elle explique à la cour que Benjamin était son premier petit ami. Dans la même classe, elle avait été touchée par sa gentillesse : « Je suis une Chinoise traditionnelle, je n'étais pas beaucoup avec les garçons. Mais, à 24 ans, j'ai pensé que c'était normal de commencer à avoir des relations. »

Au bout de quelques mois, ils s'étaient mis en couple, mais les deux étudiants voyageant beaucoup, ils entretiennent une relation à distance. Au fil des années, elle comprend qu'elle n'est plus amoureuse de lui : « Je n'éprouvais plus de sentiment, c'était devenu un ami proche, je voulais finir cette relation correctement. »

En octobre 2013, quelques mois avant les faits, elle lui fait part de son envie de s'éloigner : « Je lui ai dit que je n'avais plus d'amour. Il a pleuré, il m'a dit qu'il ne pouvait pas vivre sans moi, ça m'a fait du mal pour lui. J'ai essayé de l'encourager, de faire le maximum. Je lui disais qu'il ne fallait pas arrêter sa vie pour une fille. »

Cette gentillesse, malheureusement, Benjamin la perçoit comme de l’ambiguïté. Il n'arrive pas à croire que Nan veuille vraiment se séparer de lui. Jusqu'au 17 février : « C'était la nuit. Il est venu chez moi. Il m'a demandé qu'on se remette ensemble, mais j'ai refusé ; il s'est mis à genoux, il a pleuré. Je lui ai dit que j'avais rencontré quelqu'un d'autre, mais il ne voulait pas partir de chez moi. »

Pendant plusieurs heures, Benjamin refuse de partir. Quand elle menace d’appeler la police, il se résout finalement. Les derniers mots qu'elle entend de sa part sont : « Je vais revenir, je ne vais pas abandonner. » Trois jours plus tard, ne la trouvant pas chez elle, il tue ses deux colocataires.

« J'ai tellement pleuré, jour et nuit, que je suis presque devenue aveugle. »

L'après-midi du troisième jour d'audience, les parents des deux victimes, nés en Chine, sont invités à parler de leurs enfants. Le père s'avance en premier.

Avant même qu'il ne prononce son premier mot, l'émotion l'envahit. Il s'exclame, très fort : « Je suis un citoyen français », sa voix s'élève encore, « père de deux citoyennes françaises assassinées ». Il hurle désormais et hurlera pendant la dizaine de minutes de son témoignage.

Les mots qu'ils prononcent, pour la plupart, sont incompréhensibles, noyés dans la colère et dans les larmes. Il pointe l'accusé du doigt qui, seul dans son box, ne manifeste toujours aucune émotion : « C'est un terroriste barbare. Nous n'aurions jamais imaginé que dans notre pays, en France, dans notre capitale… » La suite de ses mots s'étrangle dans sa gorge. « Nos enfants étaient excellentes depuis leur enfance, c'était notre espoir, et cet assassin les a détruits. Nous espérons que la société et le tribunal nous rendent justice en condamnant ce terroriste barbare à la peine maximale. »

Quand, à bout de force, il ne peut plus continuer, les parties renoncent à lui poser des questions, et il regagne son banc.

Sa femme, qui le suit, est dans le même état. À son tour, elle pointe un doigt accusateur vers Benjamin : « C'est toi ! Tu as détruit ma famille. Depuis deux ans, nous vivons dans une souffrance extrême. Nous portons le fardeau et la souffrance d'avoir perdu nos deux enfants chéries. J'ai tellement pleuré, jour et nuit, que je suis presque devenue aveugle. C'est comme si cet assassin nous poignardait sans arrêt. C'est une personne démoniaque, il est pire qu'un terroriste. » Elle demande également la peine maximale et cède sa place à leur unique fille vivante, la grande sœur de Jacqueline et d'Eliana.

Celle-ci se présente à bout de souffle. La présidente veut la faire asseoir sur une chaise, mais elle tient debout, se cramponne à la barre. Pendant vingt minutes, elle plaide pour la mémoire de ses sœurs. Les explications de Benjamin, elle n'y croit pas : « Il est parfaitement intelligent. Il use de son intelligence pour commettre ses crimes. Il est terriblement plus dangereux qu'un terroriste. »

Depuis la mort de ses deux sœurs, elle a perdu 12 kg. Elle menait une carrière brillante à Genève ; depuis, elle a été licenciée et reconnue comme invalide. Elle souffre dans tout son corps : « Ce monstre a tout détruit. Il a ruiné les plus belles années de ma vie. Je suis à bout de force aujourd'hui. »

Elle raconte l'histoire de ses parents, arrivés à Bordeaux il y a 30 ans, qui ont travaillé très dur, en tant que plongeurs dans des restaurants, avant d'ouvrir leur propre petit restaurant, puis un autre plus grand, puis un autre encore plus grand, dans lequel toute la famille travaillait : « C'était un honneur pour nous, de pouvoir contribuer à l'effort de la famille. »

Depuis quelques années, la famille faisait face à des difficultés financières, tous leurs espoirs des parents étaient tournés vers ces trois filles brillantes. « Aujourd'hui, cet assassin a tout détruit, il nous a mutilés à vie. »

Avant la suspension d'audience, dans un silence complet seulement brisé par les sanglots qui suivent ces déclarations, la présidente du tribunal donne la parole à Benjamin. Avec le même calme dont il a fait preuve jusqu'ici, il s'adresse à la famille des victimes.

« Je mérite votre haine. Je sais que vous ne me pardonnerez jamais, malgré mes excuses. Je regrette profondément ce que j'ai fait. Malheureusement, je ne peux pas vous donner la réponse que vous cherchez : je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça. Ce que je peux dire ne sera jamais assez, je le sais. Aujourd'hui, je suis en prison, pour beaucoup d'années. C'est ce que je mérite. »

« Je t'ai tuée pour te garder. »

Incarcéré à Fresnes depuis deux ans, Benjamin vit des conditions de détention très dures, maltraité et menacé par ses codétenus. Comme il a peur de sortir de sa chambre, il ne voit presque plus ses parents. Au mois de juillet, il a essayé de se suicider.

Catarina, une visiteuse de prison, vient le voir aussi souvent qu'elle le peut. Elle décrit un garçon rongé par le remords et les regrets. Au fil des mois, elle a réussi à tisser un lien avec lui : « J'essaye de lui faire comprendre qu'il n'est pas réductible à ses actes », explique-t-elle à la barre, « une personne est toujours plus grande que ses actes, même quand ils sont aussi terribles. »

En prison, Benjamin a repris ses études. Il travaille seul dans sa chambre. Il passe une licence de psychologie. Quand la présidente lui demande : « Pourquoi la psychologie ? », il répond : « Je veux comprendre ce que c'est, mes problèmes. »

Le docteur Zagury s'avance. C'est une sommité, presque une célébrité. Il a croisé la route de Guy Georges, de Patrice Alègre, de Michel Fourniret. Pour comprendre les pires crimes, la justice fait appel à lui. Il a visité Benjamin deux fois en prison, à quelques mois d'intervalles.

Il écarte immédiatement l'abolition du discernement, qui rendrait l'accusé inaccessible à une sanction pénale. Mais il souligne tout de même une altération du discernement : si Benjamin n'était pas fou, au sens clinique, au moment des faits, il n'était pas non plus dans son état normal. Il peut être jugé, certes, mais bénéficie de cette circonstance atténuante.

Pour lui, l'accusé s'est « heurté à son incapacité radicale à faire le deuil de cette relation sentimentale. » Dans un langage plus populaire, mais qui n'a aucune valeur juridique, c'est un crime passionnel causé par un dépit amoureux.

Comme dans la majorité des crimes passionnels, auxquels il a consacré plusieurs articles, le psychiatre note l'existence de deux options : « Le criminel vient toujours pour avoir une explication avant tout. C'est devant le caractère irrémédiable de la rupture qu'il passe à l'acte. Mais il y a presque toujours cette double option : si ça se passe bien…, si ça se passe mal… »

Dans le cas de Benjamin, le crime passionnel seul ne suffit pas à expliquer les actes. Le psychiatre parle également « d'effondrement de la personnalité ». Benjamin n'est pas un individu sain, il souffre de graves troubles avec, notamment, des tendances schizoïdes, limites, dépendantes et paranoïaque. Au moment des faits, il a vécu une forme de bouffée délirante qui a altéré son discernement.

« Son désespoir était simplement à la hauteur de son bonheur précédent. Lui, le timide, le complexé, l'isolé, avait enfin trouvé l'amour. » Il n'a pas pu accepter de revenir à son état dépressif précédant la relation. Par son crime, il voulait nier la séparation, en gardant l'autre pour toujours. Il cite Johnny Hallyday : « Je t'ai tuée pour te garder. »

Pourquoi, alors, s'être attaqué à Jacqueline et Eliana, qui n'avaient rien fait ? « Quand l'urgence du passage à l'acte est présente, finalement, peu importent les victimes », explique-t-il.

L'arsenal que Benjamin trimballait dans son sac à dos, selon lui, tient plus de la panoplie. Si le contenu est impressionnant, c'est que c'était précisément le but : impressionner. « Il s'est créé un personnage et s'est mis dans la peau d'une sorte de "vengeur", une identification d'emprunt qui lui permettait d'avoir une contenance. » Il ne faut pas en tirer des conclusions trop radicales sur l'intention homicide.

Il termine par la froideur de Benjamin, le manque d'émotion dont il fait preuve. Elle n'est pas due, selon lui, à un manque d'empathie ou à de l'indifférence. C'est simplement une difficulté à restituer ses émotions. Il conclut : « Honnêtement, il n'a pas le profil d'un manipulateur. C'est quelqu'un dont on peut penser qu'il est parfaitement sincère. »

« Le ver de terre tombé amoureux d'une étoile »

Pendant les trois jours de débat, le procès a été comme pris au piège de la douleur, sincère, compréhensible et indéniable, des parties civiles. Outre la famille, onze témoins sont venus à la barre pour parler des deux sœurs. Une cinquantaine de photo des victimes, à différents moments de leur vie, ont été diffusées sur les écrans.

Quand Me Ravanas, l'avocat de la famille, entame sa plaidoirie, il a le vent dans le dos, porté par une salle gonflée par le proches des deux sœurs, tous au bord des larmes.

alt
Les avocats. (Illustration : Clarisse Le Chaffotec)

Il ne croit pas aux explications de l'éminent psychiatre : « Je le trouve bien compréhensif face à l’inacceptable. » Les lacunes dans le récit de Benjamin ? « Je ne sais pas quelle est la réalité de ces amnésies, mais je dis qu'elles l’arrangent bien. » Pour lui, ce procès est un échec, ces deux filles sont mortes pour rien, et l'explication ne viendra jamais.

Il se tourne alors vers Mme Caillibotte, l'avocate générale, sans doute dans l'idée qu'elle poursuivra, dans ses réquisitions, cet accablement émotionnel dont il charge les épaules toujours impassibles de Benjamin.

Celle-ci recadre d'emblée les débats ; elle s'adresse aux jurés : « Votre synthèse doit se tourner de moins en moins vers l'émotion, pour aller vers le raisonnement. Il faut maintenant entrer dans un autre type de travail. »

Sans doute a-t-elle senti, peu à peu, que le procès glissait hors de toute rationalité à mesure que les témoignages s'accumulaient : « Personne ne peut sortir indemne de ce drame, personne. Ni les victimes, ni la jeune Nan, ni Benjamin, qui doit rester le sujet de votre travail. »

Elle met en garde contre une audience d'une « intensité rarissime » : « La famille vous réclame sa justice de douleur et de souffrance, mais ce n'est pas cette justice que vous devez rendre. » Contre Benjamin, elle retient la préméditation, qui pourrait lui valoir la perpétuité, mais accepte l'altération de la personnalité, qui ramène la peine maximale à 30 ans de réclusion criminelle.

C'est cette peine maximale de 30 ans qu'elle réclame aux jurés : « 30 ans, c'est la peine juste. »

Si l'avocat des parties civiles avait le vent dans le dos, Me Fortin et Me de Gayardon, les avocats de Benjamin, ont le soleil dans les yeux : deux parents qui ont perdu ce qu'ils avaient de plus cher, et dont personne ne veut nier la souffrance. Ils craignent que l'émotion, qui a submergé ces quatre jours d'audience, ne participe à une décision irrationnelle des jurés.

Ils plaident pendant une heure et demie. Me de Gayardon, le premier, reste proche de l'accusé, près des auditeurs, il plaide pour la salle : « On est ici dans le pire du pire, c'est certain. » Mais il récuse les propos de son confrère : « Ce procès n'est pas un échec. Les réponses de l'expert sont des explications, bien qu'elles soient inaudibles, et c'est compréhensible, pour les victimes. »

Il tente de faire bénéficier Benjamin d'un peu de cette pitié qui s'est déversée pendant quatre jours. Il retrace son enfance solitaire, lui « le passe-muraille », lui « que personne ne voit jamais » et le compare à ces mots de Victor Hugo : « Le ver de terre tombé amoureux d'une étoile. »

Son récit, émouvant, de la tentative de suicide de Benjamin, quand il avait 17 ans et qu'il se sentait trop seul, n'arrache pas la moindre émotion à l'accusé. Et c'est, peut-être, la plus grande force de sa plaidoirie : on constate à cet instant que si Benjamin est impassible face aux souffrances des victimes, il ne l'est pas moins sur le récit de sa propre existence, pourtant bien pathétique.

À sa suite, Me Fortin, beaucoup plus pragmatique, se déplace à côté des jurés. Il veut démontrer que la préméditation ne tient pas, et s'accroche à la jurisprudence. Il sort de sa poche un arrêt de la cour de cassation qu'il avait pris soin d'ajouter aux débats et lit lentement la décision, qui statuait sur une autre affaire.

« Attendu qu'entre ces deux énonciations constatant l'une la préméditation, l'autre le caractère spontané des coups portés dans un mouvement subit de colère, il existe une contradiction privant l'arrêt attaqué de base légale. » Il traduit : on ne peut pas en même temps être submergé par une rage impulsive, et avoir prémédité son acte.

L'expert-psychiatre, dans sa déposition, avait parlé d'improvisation, et le discernement de la personnalité portait sur la crise de rage qui avait poussée Benjamin à porter des coups. Comment, dès lors, concilier improvisation et préméditation ?

La préméditation ne pouvant pas, selon lui, être retenue, la peine maximale encourue par son client est de 20 années de réclusion, en prenant en compte l'altération du discernement (qui ramène le maximum de 30 ans à 20 ans).

À la sortie de sa plaidoirie, il ne semble par rassuré pour autant : les jurés, qui ne sont pas des spécialistes du droit, seront-ils sensibles à l'argument juridique ?

Avant la délibération, la présidente laisse une dernière fois la parole à l'accusé, dont l'attitude sera restée exactement la même, du premier au dernier jour d'audience. Il se lève lentement de son banc : « J'ai détruit cette famille. S'il vous plaît, même si je sais que c'est difficile, pardonnez-moi. »

Quand les jurés reviennent, au bout de cinq heures de délibéré, ils condamnent Benjamin à une peine de 25 ans de prison. La préméditation a été retenue, tout comme l'altération du discernement.

— Emmanuel Denise